Rupture conventionnelle : comment convaincre mon patron ?

 

Il est possible depuis le 25 juin 2008 en vertu de la loi de démissionner d’un commun accord avec son employeur : ce système mis en place en France est connu sous le nom de rupture conventionnelle du contrat de travail. Cependant, il peut arriver que vous vouliez faire adhérer votre patron à ce type de licenciement conventionnel, mais qu’il refuse. Comment devriez-vous procéder pour éviter un tel refus ? Quelles démarches devriez-vous prendre ? Découvrons ensemble les étapes clés pour convaincre votre employeur pour obtenir un oui.

Préparez-vous convenablement avant de vous adresser à votre employeur

Si vous voulez convaincre votre employeur de signer un tel contrat, nous vous conseillons de bien réfléchir à vos arguments. Une astuce consiste par exemple à lui rappeler que vous n’êtes plus aussi motivé qu’au début, que vous ne portez plus le même intérêt à votre poste. Si vous avez des motifs personnels ou envisagez une autre carrière, expliquez-les à l’employeur.

Évoquez tout malaise que vous ressentez dans l’entreprise

Il est important de ne négliger aucun détail au sein d’une organisation. Si vous avez été victime de harcèlement moral, il vous suffit d’en informer votre employeur et de lui faire comprendre que cela ne peut perdurer et qu’il faut trouver une solution équitable et appropriée pour remédier au problème. C’est de sa responsabilité de vous protéger, cela pourrait l’inciter à opter pour un accord plutôt que pour un conflit déclaré.

Anticipez votre départ et ne mettez pas votre employeur dans l’embarras

Il est très important de spécifier à votre supérieur qu’une telle rupture aidera à prévoir votre départ. Il pourra ainsi s’organiser pour trouver un remplaçant pour éviter toute désorganisation dans l’entreprise. Il est conseillé de lui accorder un délai pour recruter un remplaçant, en lui proposant de le former. Il est important de mettre l’accent sur l’intérêt commun qui découle d’un tel choix de séparation. Ainsi, vous pouvez faire valoir les avantages d’une rupture conventionnelle.